Oeuvres et travaux - Page  3

Sommaire

L’Avocat – Page  5

 

ALLIANCES FAMILIALES

                                                                                                                      ET

PARENTELE PRESTIGIEUSE

 

 

 

 

Quelles étaient les racines familiales d’Elie DUFAURE ?

 

Elie DUFAURE a conduit d’importantes recherches généalogiques, par goût et par attirance personnelle pour l’Histoire locale ou nationale, certes, mais aussi, comme c’était le cas pour nombre de ses contemporains en ce milieu de dix-neuvième Siècle pour tenter d’établir une quelconque ascendance « noble » et pouvoir prétendre au port d’un nom… à particule…

Cette vanité, fort répandue, pouvait aussi « frapper » des Républicains ! … Elie DUFAURE signera un temps ses correspondances par « Elie DUFAURE de GIMEL » …

 

 

La lecture de sa Notice nous permet d’établir sur la foi de ses recherches quelques liens de parenté avec des personnages prestigieux… aussi controversé leur souvenir peut-il parfois rester… mais aussi avec beaucoup « d’anonymes » dont le souvenir est tombé dans les limbes de l’histoire humaine…

 

CELEBRITES

 

Parmi les plus célèbres « parents », nous allons retrouver :

 

Le Cardinal DUBOIS

Le Pape  CLEMENT VI

Le Pape GREGOIRE XI

Le Médecin Philosophe CABANIS

 

 

ET « ANONYMES » NOMMES

 

Parmi les autres alliances et liens de parenté attestés, il n’entre pas dans le propos de ce site de traiter essentiellement de généalogie, ni de récapituler toutes les informations qui y ont trait et qui figurent dans la Notice de Maître Dufaure…

 

Il reste que compte tenu de la somme d’informations rassemblées concernant de nombreux patronymes relatifs à des familles de la Région d’Allassac et du Bas Limousin, voire du Sud-Ouest, certaines sont susceptibles éventuellement d’intéresser tel ou tel internaute « généalogiste » et je suis à sa disposition pour les échanger par simple contact e-mail…

 

                                                                                              Contact e-mail :   ECRIVEZ MOI !

 

                                                                                                                          

 

Les Familles et patronymes concernés sont récapitulés en bas de cette page et-ou accessibles suivant le lien ci après : 

 

    Alliances familiales

 

 

 

 

… CELEBRITES !!!

 

 

Le Cardinal DUBOIS

 

Elie DUFAURE, fils de Jeanne DUBOIS ou DU BOYS, peut établir la présence dans ses branches généalogiques maternelles ascendantes de Guillaume DUBOIS ( 1656-1723 ) …

Guillaume DUBOIS, fils d’apothicaire Briviste, deviendra Archevêque de CAMBRAI, puis Cardinal…

Membre de l’Académie Française, il sera également Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, et il jouera durant de longues années un rôle important de conseiller auprès du Duc d’ORLEANS, en particulier lorsque celui-ci sera Régent du Royaume de France…

Personnage longtemps décrié, les Historiens contemporains s’attachent aujourd’hui à reconnaître les qualités du Cardinal et à le réhabiliter aux yeux de l’Histoire…

 

                                   Guillaume DUBOIS - Cardinal       

 

Voir sur, en ligne sur ce site, l’étude suivante :

Le Cardinal-Ministre Guillaume Dubois

« De calomnies en réhabilitations »

Brive 1656 / Versailles 1723

Une légende écrite en noir, en rouge et même parfois en… rose !

 

 

 

 

Le Pape CLEMENT VI

 

Si les recherches d’Elie DUFAURE ne me font guère douter de sa parenté même lointaine avec le Cardinal DUBOIS, je suis plus circonspect à son endroit quant aux liens de parenté qu’il a établi avec deux Papes Limousins ( d’ailleurs cousins entre eux ) Grégoire XI et Clément VI … Cependant s’agissant de l’ensemble des éléments avancés que j’ai pu recouper, je n’ai pu jusque à présent prendre Elie DUFAURE en délit de falsification… Alors…

 

                                   Clément VI - Pape            

 

Pierre Roger, né en 1291 à Rosiers d'Egletons en Corrèze, sera le premier pape de la Nation Limousine. Il dira après son élection: "Je planterai dans l'Eglise de Dieu un tel rosier de limousin, qu'après cent ans il aura encore des racines et des boutons". Dès lors, on parle limousin à la cour pontificale. Les dames de sa famille, présentes à Avignon, auront comme le souverain pontife, le privilège de porter de la fourrure d'hermine. Détestant l'austérité, il mène grande vie, dépensant allègrement le trésor pontifical constitué par ses deux prédécesseurs. Il lance de vastes projets de construction, ce qui le conduit à lever de nouveaux impôts. Il donne suite à toutes les sollicitations, achète à la Reine Jeanne, les terres d'Avignon qu'il ne paiera d'ailleurs jamais. Clément VI comble de titres et d'avantages les membres de sa famille et de son entourage. Il lègue ses ornements pontificaux à l'église de Rosiers d'Egletons. Même si ses mœurs furent dissolues, sa conduite lors de la terrible épidémie de peste qui ravagea Avignon en 1348, fut exemplaire. Le souverain pontife rémunère plusieurs milliers de médecins, dont le sien personnel venu de Tulle, pour juguler l'épidémie, organise l'enlèvement des cadavres et leur ensevelissement avec une sépulture décente, dans un champ en dehors de la ville

 

 

Le Pape GREGOIRE XI

 

                                          Grégoire XI - Pape           

 

Pierre Roger de Beaufort, né à Rosiers d' Egletons en 1329, neveu de Clément VI, sera le dernier pape français. En 1374, il sera sensible à la démarche des notables brivistes. Il interviendra favorablement auprès d'un proche parent du cardinal Talleyrand, maître de la cité, et du duc d'Anjou pour obtenir la grâce de la ville. Les Brivistes avaient collaboré avec les Anglais et refusaient d'ouvrir leurs portes aux troupes du Roi de France. Charles V confirme en mars 1375 la grâce totale et rétablit les droits et honneurs de la ville de Brive. Il commence ses lettres de rémission par cette phrase : " De même que Dieu ne veut pas la mort du pêcheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive... »   

Grégoire XI, après avoir rétabli la paix entre la France et l'Angleterre, sensible aux supplications de Catherine de Sienne, décide de rentrer définitivement à Rome. Il rentre dans la ville éternelle le 17 janvier 1377. Il nomme de nombreux cardinaux français, surtout limousins. Mais Rome est toujours en proie aux désordres, et les luttes d'influence au sein du sacré collège entre limousins et romains augurent mal de l'avenir de l'église romaine. Avant de mourir, Grégoire XI qui songe rentrer à Avignon, réunit ses cardinaux pour les mettre en garde contre" les hommes et les femmes qui, sous le voile de la religion, débitent des visions de leur tête."

 

 

Pierre-Jean-Georges CABANIS

 

 

 

              Médecin, philosophe, et homme politique, Pierre-Jean-Georges Cabanis

 

Médecin, philosophe, et homme politique, Pierre-Jean-Georges Cabanis est né le 5 juin 1757 au château de Salagnac à Cosnac, prés de Brive.

Son père, avocat, s'était reconverti dans l'agriculture. Son amitié avec Turgot, intendant de la généralité de Limoges l'amena à oeuvrer pour l'introduction de la culture de la pomme de terre en limousin.

Elie Dufaure relève dans sa généalogie de nombreuses alliances d’alliances entre diverses familles de sa parentèle et la famille Cabanis.

Le jeune Cabanis se forge une solide culture philosophique et apprend la rigueur de la recherche méthodique de la vérité. il est présenté à Mme Helvétius par Turgot. Dés lors, il fréquente assidûment le monde des philosophes et des encyclopédistes. Il se lie avec Condillac, rencontre Diderot et d'Alembert, et sera présenté à Voltaire. Il entretiendra surtout des relations amicales étroites avec Condorcet et Franklin.

Ce n'est qu'en 1777 que Cabanis se décidera pour une carrière médicale plutôt que littéraire…

Il rencontre Mirabeau au lendemain de la prise de la Bastille, les deux hommes se lient d'une vive amitié, à tel point que Cabanis écrira pour Mirabeau les quatre discours sur l'instruction publique et demeurera son médecin jusque à sa mort. [ Une sœur de Mirabeau, Caroline, est Marquise de Lasteyrie du Saillant… Le Saillant est à quelques kilomètres du bourg d’Allassac ].

Cabanis était devenu républicain. La chute de la Gironde et la main mise de la montagne sur la convention mirent Condorcet et les républicains dans une position de « suspects ». Arrêté, Condorcet est retrouvé mort, empoisonné dans sa cellule ( Cabanis lui aurait procuré le poison ).

Marié en 1796 à Charlotte de Grouchy, soeur de la femme de Condorcet, Cabanis dût attendre la fin de la terreur et l'arrivée au pouvoir de certains de ses amis idéologues (Guinguené et Clément) pour retrouver des responsabilités politiques et scientifiques.

Nommé professeur d'hygiène à l'école centrale, il a l'occasion de développer ses thèses matérialistes sur le lienentre vie psychique et vie physiologique. Il s'agissait, pour l'essentiel, de montrer que les mouvements de l'esprit dépendent de la conformation du corps.

Elu à l'Institut ( classe des sciences morales et politiques, section de l'analyse des sensations et des idées ) il commence la lecture de mémoires qui formeront le célèbre « Rapports du physique et du moral de l'homme ». Cet ouvrage connut un vif succès et fit de Cabanis l'un des chef de file des idéologues… avec à ses côtés le philosophe Destutt de Tracy, l'historien linguiste Volney, l'homme politique Garat.

Elu représentant du peuple au conseil des cinq-cents en 1798, pour le département de la Seine, Cabanis n'aura de cesse de se consacrer aux questions médicales et aux problèmes de l'enseignement.

Homme politique influent, personnage considérable dans le monde des savants et des lettrés, Cabanis fut aussi partie prenante dans les intrigues qui se tramèrent autour du coup d'état de Brumaire. Cabanis avait rencontré Bonaparte chez Madame Helvétius, alors que ce dernier venait d'être élu à l'institut. En l'espace de quelques semaines, les idéologues virent en Bonaparte le partisan de la philosophie des lumières, et un ami sincère de l'ordre et de la liberté. Aussi n'est-il pas étonnant de voir Cabanis prendre la défense du coup d'état devant le conseil des cinq-cents cette fidélité à Bonaparte lui vaudra une nomination comme sénateur dans la première promotion qui comprendra également Volney, Garat et Destutt de Tracy.

Avec son entrée au sénat s'achèvera vraiment sa vie politique active. Déçu par l'autoritarisme de Bonaparte et par le retour en force des valeurs religieuses prônées par le premier consul, Cabanis décide de se réfugier dans les études théoriques et reprend ses travaux sur les Rapports du physique et du moral.

Il meurt le 5 mai 1808 d'une congestion cérébrale, son coeur est à Auteuil prés de Madame Helvetius ; son corps est déposé au Panthéon… où Mirabeau était « entré » auparavant, avant d’être « dépanthéonisé » peu après !

 

 

 

                                                                                                                                                  

 

 

 

 

ET « ANONYMES » NOMMES !!!

 

 

Rappel : Parmi les autres alliances et liens de parenté attestés, il n’entre pas dans le propos de ce site de traiter essentiellement de généalogie, ni de récapituler toutes les informations qui y ont trait et qui figurent dans la Notice de Maître Dufaure…

Il reste que compte tenu de la somme d’informations rassemblées concernant de nombreux patronymes relatifs à des familles de la Région d’Allassac et du Bas Limousin, voire du Sud-Ouest, certaines sont susceptibles éventuellement d’intéresser tel ou tel internaute « généalogiste » et je suis à sa disposition pour les échanger par simple contact e-mail…   ECRIVEZ MOI !

                                                                                                                         

 

 

                       Familles citées dans l’ascendance, du côté maternel

 

Famille « du Montet de la Mouillière »

Famille « de Gentil »

Famille « du Garreau »

Famille « de Laroze » - Branche de St Cyr laroche et branche de Bordeaux

Famille « Dubois »

Famille « Cabanis »

Famille « d’Almay-d’Ayen »

Famille «  de Foucauld »

Famille «  de la Porte de Grillère »

Famille « de Moussac »

 

                       Familles citées, dans l’ascendance du côté paternel

 

Famille « Dufaure »

Branche « de Gimel » et « de Laron »

Branche « de Sauvezie », « de Meilhac », « de Masmalet »

Famille « Dufaure de Belisle et de Villeneuve »

Famille « Dufaure de Saint-Martial »

Famille « Dufaure du Bessol »

Branche de Mirandol

Famille Du Faure, à Brives

Famille Dufaure, à Bordeaux

 

         Alliances et/ou branches collatérales de la Famille du Faure

 

Famille Alègre ou d’Alègre

Famille de Bardicon

Famille André de Brons

Famille Bounaix

Famille Cruveilher

Famille de Chiniac

Famille d’Eyzac, de Nauche et de Porcher

Famille Juge

Famille de Guillaume

Famille de Labadie

Famille de Malafaide

Famille Mouneyrac

Famille de Montbrun

Famille du Rieu

Famille Vayne

Famille Vervy

 

 

Oeuvres et travaux - Page  3

Sommaire

L’Avocat – Page  5