un personnage réel - page 1

Sommaire

œuvres, écrits et travaux - page 3

 

 

ELIE DUFAURE - DOMICILES ET RESIDENCES

 

 

Quand une enquête est menée sur un personnage, il importe de connaître ses adresses successives, ses domiciles ou résidences successifs… que ce soit, pour Elie DUFAURE, à PARIS ou en Province…

Une adresse peut en dire long parfois sur le niveau social ou les mœurs d’un personnage… Pour ce qui est de l’enquête de voisinage on s’y prend peut-être un peu tard… Encore que…

 

A PARIS :

 

18, Rue de l’Ancienne Comédie 

20, Rue Dauphine 

22, Rue de l’Arbre Sec 

 

A ALLASSAC :

 

Rue de la Grande Fontaine

Manoir des Tours 

… Cimetière

 

18, Rue de l’Ancienne Comédie 

 

                                                                           

 

A PARIS, entre 1848 et 1850 ( et peut-être depuis déjà quelque temps auparavant ) , Elie DUFAURE a résidé au « 18, Rue de l’Ancienne Comédie ».

La façade de l’immeuble actuel, de style Haussmanien, a été largement remaniée depuis !

 

 { A la même époque Jules VERNE résidait au « 24 » de cette même rue - immeuble détruit par l’ouverture du « Boulevard St Germain »  - , dès Novembre 1848, et durant l’année 1849 … et vraisemblablement jusque à son Doctorat de 1850 }.

 

 

20, Rue Dauphine 

 

                                           

 

De 1850 à 1862, le jeune avocat DUFAURE est installé au « 20, Rue Dauphine », où il est alors locataire d’un appartement situé au 1er étage,  en propriété de Madame LEMOINE.

 

 { Jules VALLES logeait dans une soupente de la « Rue Dauphine » en 1850…  Dans les années 1970, Régine DEFORGES sera « libraire-éditrice » au rez de chaussée du « 20 »… Si elle sera victime elle-même de poursuites judiciaires et de censure-s littéraires, l’avocat à la « Cour Impériale de PARIS »  - qui logeait au dessus de son bureau un siècle auparavant - aurait pu quant à lui défendre les « pornographes » BAUDELAIRE ou FLAUBERT, devant la XVIIème Chambre, contre les réquisitoires du Procureur PINARD }.

 

 

 

22, Rue de l’Arbre Sec 

 

                                                   

 

De 1863 à son décès en 1865, Elie DUFAURE sera domicilié au « 22, Rue de l’Arbre Sec ».

 

{ l’immeuble sera détruit peu après… et le site libéré contribuera à constituer aujourd’hui un prolongement  de l’établissement principal du magasin « la Samaritaine », le « numéro 22 » étant celui d’une entrée latérale… }.

 

Comme on aura pu le constater, les domiciles parisiens de l’Avocat n’étaient guère éloignés du Palais de Justice… condition importante pour qui avait pignon sur rue et voulait fidéliser une clientèle…

 

 

 

Rue de la Grande Fontaine  - ALLASSAC

 

                            [ L’église d’Allassac – façade fortifiée – carte postale ancienne ]

 

Avant que de devenir « parisien » d’adoption, Elie DUFAURE est avant tout un enfant du Bas-Pays Corrézien… Il est natif d’ALLASSAC où le domicile de la « Famille DUFAURE » est situé, depuis des générations, au commencement de l’actuelle « Rue de la Grande Fontaine »… laquelle conserve de nos jours encore son caractère ancien et où l’architecture des celliers témoigne d’une activité viticole…

  

 

                                                                          

 

            [ « Barri » ou « Faubourg de la Grande Fontaine », au début du XXème Siécle - carte postale  ancienne - ]                                                                     

 

Elie DUFAURE, enfant d’Allassac « exilé » à Paris, revient lors des « vacances judiciaires » séjourner au « Pays », où son père, Pierre DUFAURE, qui décèdera en 1854, est d’ailleurs membre du Conseil Municipal, et où l’un de ses frères, Jean-Baptiste, met en valeur l’exploitation familiale ( petite exploitation de type polyculture-élevage avec vigne ), dont plusieurs parcelles sont situées aux abords immédiats du village d’Allassac… et même du « Faubourg de la Grande Fontaine »…

 

 

 

 

Le Manoir des Tours

 

A la fin des années 1850, à l’aide en particulier du produit de ses honoraires, ainsi que de ses économies, Maître Elie DUFAURE deviendra propriétaire du « Manoir des Tours », racheté à la Famille NAUCHE qui le détenait alors…

C’est une bâtisse de caractère dite « Del Faure lés Allassac », qu’Elie DUFAURE tenait pour avoir été l’une propriété de ses aïeux et dont il convoitait l’achat depuis déjà longtemps…

Jusque à son décès il s’attachera à en assurer l’entretien et la restauration… 

   

                                           

                                                 

                                          [ ci-dessus, le Manoir des Tours… en Avril 1996 - avant travaux de restauration -]

 

{ le « Manoir des Tours » sera revendu à la fin du dix-neuvième siècle et il sortira de la « famille » pour devenir un petit établissement d’enseignement privé durant la première moitié du XXème Siècle…

Laissé finalement dans un total état d’abandon à la fin du vingtième siècle, au point d’être frappé d’un « arrêté de péril » par la Municipalité, le « Manoir des Tours » vient de faire l’objet récemment de très heureuses restaurations sur fonds publics… Il abrite aujourd’hui le siège du Pays d’Art et d’Histoire « Vézère-ardoise », et il est devenu un élément de premier ordre du patrimoine public local ! }

 

 Une page spéciale de ce site est consacrée au Manoir des Tours, pour la visiter : cliquez sur la photo ci-dessous….

 

                                                       

                                                                                                    Photo Boris DEBON

                                                                                 http://perso.wanadoo.fr/brive/index.htm

                                                                   

 

Le Cimetière

 

Enfin, pour finir… le « dernier domicile connu »… la « dernière demeure » d’Elie DUFAURE qui se situe dans la partie ancienne du Cimetière d’ALLASSAC

 

                                               « Sic transit gloria mundi ! »…                     

 

                   

 

 

 

   

un personnage réel - page 1

Sommaire

œuvres, écrits et travaux - page 3